Journée d’étude : « Bouche, que veux-tu ? Oralité en famille »

Journée d’étude du 10 octobre 2015
laboratoire CRPMS (EA 3522), Université Paris Diderot

Avec un titre tiré de l’œuvre de George Brassens, cette journée d’étude est centrée sur l’approche clinique et psychopathologique de l’oralité chez l’enfant,  l’adolescent, l’adulte  dans son ontologique dépendance aux liens familiaux à tous les stades du cycle de la vie de ce groupe. Si l’adulte assurant les soins est le premier partenaire de ces échanges, par la suite d’autres personnes, d’autres groupes interviendront : les pairs, les frères et sœurs… La bouche sera considérée comme paradigmatique  des processus de construction de soi ontologiquement liée à la construction de l’autre et des liens dyadiques, triadiques… puis groupaux.  La bouche est aussi la voix, les lèvres, les dents, la langue… muscle, langage et parole. Siège de  mouvement d’introjection et d’expulsion, l’oralité dans le tricotage complexe des liens est au cœur  de la genèse de la pensée et façonne le sujet et ses liens.

La bouche prend,  donne,  embrasse, mordille, mord et déchiquette, chuchote,   crie et aussi hurle… Lieu de contact,  de rencontre, de passage, elle initie des transformations tant physiques que psychiques. Le groupe familial, lieu des premières constructions psychiques, est particulièrement concerné par tout ce qui touche à l’oralité. Autour des repas de famille, une histoire se dessine : celle des liens qui évoluent, des compositions/recompositions familiales, des âges qui défilent, des traditions culinaires qui se perpétuent ou qui changent radicalement.

À l’occasion de la sortie d’un numéro de la revue Dialogue sur la question, la rédaction a fait le  choix  de discuter, lors d’une journée d’étude, de certaines pathologies permettant de mettre à jour des processus masqués dans d’autres situations et également de réfléchir aux fonctions de l’oralité dans des scènes « ordinaires » en famille ou en dehors de la famille. Toutes ces situations seront l’occasion d’échanges, de débats entre des professionnels praticiens, des universitaires et des doctorants.

colloque : « Les groupes, entre aliénation et transformation, Groupes à médiations, Familles, Institutions »

Organisé par Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC) de l’Université Lumière Lyon II, ce colloque se tiendra à Lyon les 8-9 et 10 octobre 2015.

Dans le contexte des mutations actuelles et de la crise à laquelle elle donne lieu, les liens sociaux sont mis à mal ; les individus, les familles, les communautés sont déstabilisées dans leurs cohérences et leurs assises, compromettant les équilibres indispensables au processus d’humanisation et au « vivre ensemble ». Le groupe constitue cet échelon intermédiaire entre les sujets et le socius, ce point articulaire où se développent les régulations indispensables à la (re)construction des liens, et la résistance à la « barbarie ».

Le groupe est aussi un lieu où s’expérimentent de nouvelles cliniques, où se créent de nouvelles pratiques, là où les cliniciens rencontrent des « résistantes » dans des approches « traditionnelles ». Il est, dans le même temps, un creuset de recherche où s’invente une métapsychologie spécifique.

En prenant la mesure des effets des mutations actuelles sur les liens sociaux, sur les sujets et sur les communautés, ce 1e colloque international inter-universitaire propose de rassembler des chercheurs et des praticiens qui de longue date, en Europe et en Amérique Latine, notamment, travaillent à penser le groupe et son potentiel de transformation. Il vise à mettre à jour l’actualité de la recherche et les pratiques innovantes qui contribuent tout à la fois à donner de la lisibilité au malaise actuel et à proposer des issues face à ce « malêtre ».

Le groupe sera considéré selon trois dimensions essentielles :

  • en tant que lieu de soin : il s’agira d’explorer la variété des dispositifs de soin où l’approche du groupe constitue le ressort du potentiel soignant (groupe famille, groupes multi-familiaux, groupes de professionnels, groupes de pairs, groupe auprès d’enfants psychotiques, groupes en milieu carcéral, etc.) Ces dispositifs ne cessent de s’inventer et de se développer
  • en tant que lieu de recherche : la contribution des chercheurs qui ont pensé la constitution de la psyché à partir du groupe est considérable. Elle a donné lieu à des avancées significatives au niveau de la métapsychologie, soit à la compréhension du nouage des dimensions intra, inter et trans – subjectives (la psyché, sa composante groupale et sociale).
  • en tant qu’espace de créativité et creuset du travail de Culture : Le groupe apparaît comme cet espace intermédiaire où se construit le « vivre ensemble », dans ses dimensions de résistance et de force de proposition. Dans la crise actuelle il importe de repérer son potentiel créatif et sa participation à la Kulturarbeit, au « travail de Culture ».

Site du colloque : http://colloquegroupe.sciencesconf.org