II Colloque International du « Réseau Inter-Universitaire Groupes et liens intersubjectifs »

Figures de la différence et dispositifs psychanalytiques de groupe

Notre monde globalisé se caractérise par une intensification des transformations culturelles, sociales, économiques, technologiques, géopolitiques. Ces transformations génèrent des effets simultanément créatifs et mortifères. La mutation du monde en « société liquide » (Z. Bauman), se conjugue avec différentes formes de crispations et de rigidifications. Parmi ces dernières nous portons une attention particulière à ce qui se joue au niveau des relations sociales, et à la menace qui naît de la rencontre avec l’autre – étranger. Ces rigidifications entraînent, en effet des manifestations d’intolérance radicales, et poussent à l’éradication des différences. Nous assistons à une polarisation des discours sociaux et politiques, tant aux niveaux nationaux que mondial. Les réseaux sociaux virtuels ont permis la construction d’opinions convergentes, et donnent lieu à des attaques virulentes contre ce qui est perçu comme différent et menaçant.

Nous savons, pourtant, que la différence, et la conflictualité où se soutient la différence, sont au cœur de la psyché, comme ils sont au cœur des échanges intersubjectifs. La pensée de la différence sous-tend en effet le travail psychanalytique, et a conduit à une réflexion exigeante sur les valeurs du même et du différent en tant que socle de la constitution de la réalité psychique. Les problèmes du narcissisme et de l’altérité constituent des aspects fondamentaux où se décline cette question ; ceci notamment, au travers de la différence entre l’humain et le non humain, entre les sexes, les générations et les cultures.

Comment peut-on articuler les questions qui se posent au niveau du contexte macro-social et celles que l’on rencontre au travers de la constitution de la différence dans une perspective psychanalytique, et spécifiquement dans le travail avec les groupes, les couples, les familles et les institutions ? Si les effets du contexte social traversent nos pratiques quelles voies ouvrir pour enrichir notre compréhension du travail de la différence dans le domaine de la psychanalyse Il s’agira de contribuer à constituer la « différence » comme un axe central de la psychanalyse dans la pluralité de ses pratiques, dont celles des dispositifs de groupe et des théories qui les soutiennent.

C’est sur la base de ces questions, que nous proposons un Colloque International, qui vise à permettre une large réflexion sur le statut de la différence et de ses manifestations dans les liens, des conditions spécifiques qui en favorisent l’élaboration, et de ses implications dans les dispositifs psychanalytiques du groupe.

Cet événement prend place dans un réseau d’échanges établi entre différentes Universités (à partir de l’esprit pionnier de l’Université Lumière Lyon 2), qui réunit aujourd’hui de nombreuses institutions européennes et latino-américaines. Le réseau “ Groupes et les liens intersubjectifs ” vise à consolider un espace scientfique, politique et institutionnel dans lequel la recherche sur les groupes et les institutions contribue au développement de la pensée psychanalytique.

http://coloquiointernacionalgrupo.com/index_fra.html

II Colóquio Internacional da Rede Interuniversitária Grupos e Vínculos Intersubjetivos

Figuras da diferença e o dispositivo psicanalítico de grupo

O mundo globalizado/atual caracteriza-se por uma intensificação das transformações culturais, sociais, econômicas, tecnológicas, geopolíticas entre outras. Paradoxalmente, expressa diferentes formas de enrijecimento, especialmente das relações sociais, em conexão com a ameaça representada pelo encontro com o estrangeiro. Isso tem tido como efeito a manifestação de excessiva intolerância; a tentativa de apagamento das diferenças, de um lado, ou transformações criativas e enriquecedoras nas diferentes culturas, de outro. Temos assistido uma polarização dos discursos sociais e políticos no nível nacional e mundial. As redes sociais virtuais têm facilitado o encontro de opiniões convergentes e o ataque virulento ao que é percebido como diferente.

Sabemos, todavia, que a diferença está no coração do psiquismo e das trocas intersubjetivas. O pensamento sobre a diferença percorre a obra psicanalítica e tem conduzido a um exigente trabalho de reflexão sobre os valores da diferença na constituição da realidade psíquica. A problemática do narcisismo e da alteridade abrange dimensões fundamentais da questão que se declina ainda por outras vias. Sublinhamos as diferenças entre o humano e o não humano, entre os sexos, e gerações e entre culturas, conjunto de diferenças cujos valores dariam acesso à estruturação psíquica.

Como se articulam estas questões do macrocontexto social e a problemática da diferença em psicanálise em nosso trabalho com grupos, casais, famílias e instituições? Certamente os efeitos do contexto social atravessam nossas práticas, mas também as solicitam para o constante trabalho da cultura, tão demandado neste momento de nossa civilização. Além do mais, que vias se abrem, no contexto atual, para enriquecer nossa compreensão da diferença no campo da psicanálise? Diferença como problemática teórica para a psicanálise, mas também em termos da pluralidade de perspectivas teóricas e práticas do nosso campo, como exemplificado pelos próprios dispositivos de grupo e teorias que os subsidiam.

Tendo como base essas questões, propomos um Colóquio Internacional – que permita ampliar a reflexão sobre o estatuto da diferença e suas manifestações nos vínculos e implicações para os dispositivos psicanalíticos de grupo.

Este evento faz parte de uma rede de trocas estabelecida entre universidades a partir do pioneirismo da Université Lumière Lyon 2 e que hoje congrega importantes instituições europeias e latino americanas. A rede “grupos e vínculos intersubjetivos” busca consolidar um espaço científico, político e institucional no qual os temas sobre grupos e instituições possam ser retomados e legitimados dentro do pensamento psicanalítico.

http://coloquiointernacionalgrupo.com/

Malaises identitaires et dé-institutionnalisation : rencontre avec René Kaës

Colloque international, Psychanalyse et sciences humaines.

« Le « malaise identitaire » que l’actualité met parfois en relief dans les différents secteurs de la société est intimement lié à des processus de mutation institutionnels et sociétaux. Telle est l’hypothèse que nous discuterons avec René Kaës. Figure centrale de la psychanalyse groupale, ses travaux dépassent la conception individuelle de l’inconscient pour aborder la question du lien entre les individus – au sein des groupes, familles ou institutions – et du « malêtre » dans la culture.Les pratiques de soin et leurs dispositifs, les repères identitaires, la place de l’individu dans la société, la psychopathologie et le travail des équipes seront ainsi mis en débat selon une approche qui associera professionnels et recherche. »
R. KAËS avec P. DELION (Lille), PH CASTEL (CNRS, Paris),  K. NAVRIDIS (Athènes), A. NICOLO (Rome), A. BAZAN (ULB, Bruxelles), M.-P. DURIEUX (Bruxelles), K. TAROUQUELLA  (Brésil), P. ROMAN (UNIL, Suisse), B. RAVON (Lyon 2), JP PINEL (Paris 13), G. GAILLARD (Lyon 2), P. ROBERT (Paris 5), D. DRIEU (Caen), E. LECOURT (Paris), S. NEZELOF, V. VINET, L. UCCIANI, A. GONZALES, P. CUYNET, A. SANAHUJA, M. BONNET, A. LAURENT, R.-A. BELOT, H. MAÏDI, A. MARIAGE, M. BOUTANQUOI, D. MELLIER

Besançon les 14, 15 et 16 janvier 2016
Affiche, Programme  et inscription sur le site : http://malaises-identitaires.univ-fcomte.fr/
Le colloque se déroulera du jeudi à 17h au samedi 17h (avec un « pré-colloque sur la recherche » le jeudi de 14h à 17h, proposition de communications)
Organisation : MSHE, Laboratoire de Psychologie EA 3188, École Doctorale LETS de l’Université de Franche-Comté
Contacts : Mertz Marie tel. 03 81 66 51 51colloquemalaise@mshe.univ-fcomte.fr
Tarif : 20€ étudiants,  70€ / personnel (90€ après le 15 déc.)/ 170€ Form. continue

Journée d’étude : « Bouche, que veux-tu ? Oralité en famille »

Journée d’étude du 10 octobre 2015
laboratoire CRPMS (EA 3522), Université Paris Diderot

Avec un titre tiré de l’œuvre de George Brassens, cette journée d’étude est centrée sur l’approche clinique et psychopathologique de l’oralité chez l’enfant,  l’adolescent, l’adulte  dans son ontologique dépendance aux liens familiaux à tous les stades du cycle de la vie de ce groupe. Si l’adulte assurant les soins est le premier partenaire de ces échanges, par la suite d’autres personnes, d’autres groupes interviendront : les pairs, les frères et sœurs… La bouche sera considérée comme paradigmatique  des processus de construction de soi ontologiquement liée à la construction de l’autre et des liens dyadiques, triadiques… puis groupaux.  La bouche est aussi la voix, les lèvres, les dents, la langue… muscle, langage et parole. Siège de  mouvement d’introjection et d’expulsion, l’oralité dans le tricotage complexe des liens est au cœur  de la genèse de la pensée et façonne le sujet et ses liens.

La bouche prend,  donne,  embrasse, mordille, mord et déchiquette, chuchote,   crie et aussi hurle… Lieu de contact,  de rencontre, de passage, elle initie des transformations tant physiques que psychiques. Le groupe familial, lieu des premières constructions psychiques, est particulièrement concerné par tout ce qui touche à l’oralité. Autour des repas de famille, une histoire se dessine : celle des liens qui évoluent, des compositions/recompositions familiales, des âges qui défilent, des traditions culinaires qui se perpétuent ou qui changent radicalement.

À l’occasion de la sortie d’un numéro de la revue Dialogue sur la question, la rédaction a fait le  choix  de discuter, lors d’une journée d’étude, de certaines pathologies permettant de mettre à jour des processus masqués dans d’autres situations et également de réfléchir aux fonctions de l’oralité dans des scènes « ordinaires » en famille ou en dehors de la famille. Toutes ces situations seront l’occasion d’échanges, de débats entre des professionnels praticiens, des universitaires et des doctorants.

colloque : « Les groupes, entre aliénation et transformation, Groupes à médiations, Familles, Institutions »

Organisé par Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC) de l’Université Lumière Lyon II, ce colloque se tiendra à Lyon les 8-9 et 10 octobre 2015.

Dans le contexte des mutations actuelles et de la crise à laquelle elle donne lieu, les liens sociaux sont mis à mal ; les individus, les familles, les communautés sont déstabilisées dans leurs cohérences et leurs assises, compromettant les équilibres indispensables au processus d’humanisation et au « vivre ensemble ». Le groupe constitue cet échelon intermédiaire entre les sujets et le socius, ce point articulaire où se développent les régulations indispensables à la (re)construction des liens, et la résistance à la « barbarie ».

Le groupe est aussi un lieu où s’expérimentent de nouvelles cliniques, où se créent de nouvelles pratiques, là où les cliniciens rencontrent des « résistantes » dans des approches « traditionnelles ». Il est, dans le même temps, un creuset de recherche où s’invente une métapsychologie spécifique.

En prenant la mesure des effets des mutations actuelles sur les liens sociaux, sur les sujets et sur les communautés, ce 1e colloque international inter-universitaire propose de rassembler des chercheurs et des praticiens qui de longue date, en Europe et en Amérique Latine, notamment, travaillent à penser le groupe et son potentiel de transformation. Il vise à mettre à jour l’actualité de la recherche et les pratiques innovantes qui contribuent tout à la fois à donner de la lisibilité au malaise actuel et à proposer des issues face à ce « malêtre ».

Le groupe sera considéré selon trois dimensions essentielles :

  • en tant que lieu de soin : il s’agira d’explorer la variété des dispositifs de soin où l’approche du groupe constitue le ressort du potentiel soignant (groupe famille, groupes multi-familiaux, groupes de professionnels, groupes de pairs, groupe auprès d’enfants psychotiques, groupes en milieu carcéral, etc.) Ces dispositifs ne cessent de s’inventer et de se développer
  • en tant que lieu de recherche : la contribution des chercheurs qui ont pensé la constitution de la psyché à partir du groupe est considérable. Elle a donné lieu à des avancées significatives au niveau de la métapsychologie, soit à la compréhension du nouage des dimensions intra, inter et trans – subjectives (la psyché, sa composante groupale et sociale).
  • en tant qu’espace de créativité et creuset du travail de Culture : Le groupe apparaît comme cet espace intermédiaire où se construit le « vivre ensemble », dans ses dimensions de résistance et de force de proposition. Dans la crise actuelle il importe de repérer son potentiel créatif et sa participation à la Kulturarbeit, au « travail de Culture ».

Site du colloque : http://colloquegroupe.sciencesconf.org

Bilan du colloque international Les fondamentaux de la clinique institutionnelles : D’hier à demain.

bandeau

Les 11 et 12 avril 2014, à l’Université de Caen, ont été l’occasion d’échanges fructueuses en présence de Claude Avram, Pierre Delion, Paul Fustier, René Kaës, Pascal Roman, …

Argument :

Fruit de l’histoire d’un mouvement institutionnel, les pratiques cliniques en institution sont actuellement l’enjeu de mutations profondes. Ces changements radicaux organisés par une logique gestionnaire (le management, l’évaluation, l’instantané, l’objectivable,…), nous confrontent à un déni de l’histoire et des processus de transmission, en scotomisant souvent l’épistémologie complexe du travail clinique des collectifs.
Par voie de conséquence, nous risquons de perdre de vue les dimensions historiques et subjectives des sujets accueillis et des dispositifs de soins provoquant en résonance de nouvelles formes d’exclusion et de violence.

Les interventions furent structurés en quatre grands questionnements :

  • Les fondements de la clinique institutionnelle.
  • Les dispositifs et les variantes cliniques.
  • La souffrance des collectifs face aux nouvelles sources du mal être contemporain.
  • Les enjeux de la clinique institutionnelle entre aujourd’hui et demain.

intervenants du Riici

Lire la suite