colloque : « Les groupes, entre aliénation et transformation, Groupes à médiations, Familles, Institutions »

Organisé par Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC) de l’Université Lumière Lyon II, ce colloque se tiendra à Lyon les 8-9 et 10 octobre 2015.

Dans le contexte des mutations actuelles et de la crise à laquelle elle donne lieu, les liens sociaux sont mis à mal ; les individus, les familles, les communautés sont déstabilisées dans leurs cohérences et leurs assises, compromettant les équilibres indispensables au processus d’humanisation et au « vivre ensemble ». Le groupe constitue cet échelon intermédiaire entre les sujets et le socius, ce point articulaire où se développent les régulations indispensables à la (re)construction des liens, et la résistance à la « barbarie ».

Le groupe est aussi un lieu où s’expérimentent de nouvelles cliniques, où se créent de nouvelles pratiques, là où les cliniciens rencontrent des « résistantes » dans des approches « traditionnelles ». Il est, dans le même temps, un creuset de recherche où s’invente une métapsychologie spécifique.

En prenant la mesure des effets des mutations actuelles sur les liens sociaux, sur les sujets et sur les communautés, ce 1e colloque international inter-universitaire propose de rassembler des chercheurs et des praticiens qui de longue date, en Europe et en Amérique Latine, notamment, travaillent à penser le groupe et son potentiel de transformation. Il vise à mettre à jour l’actualité de la recherche et les pratiques innovantes qui contribuent tout à la fois à donner de la lisibilité au malaise actuel et à proposer des issues face à ce « malêtre ».

Le groupe sera considéré selon trois dimensions essentielles :

  • en tant que lieu de soin : il s’agira d’explorer la variété des dispositifs de soin où l’approche du groupe constitue le ressort du potentiel soignant (groupe famille, groupes multi-familiaux, groupes de professionnels, groupes de pairs, groupe auprès d’enfants psychotiques, groupes en milieu carcéral, etc.) Ces dispositifs ne cessent de s’inventer et de se développer
  • en tant que lieu de recherche : la contribution des chercheurs qui ont pensé la constitution de la psyché à partir du groupe est considérable. Elle a donné lieu à des avancées significatives au niveau de la métapsychologie, soit à la compréhension du nouage des dimensions intra, inter et trans – subjectives (la psyché, sa composante groupale et sociale).
  • en tant qu’espace de créativité et creuset du travail de Culture : Le groupe apparaît comme cet espace intermédiaire où se construit le « vivre ensemble », dans ses dimensions de résistance et de force de proposition. Dans la crise actuelle il importe de repérer son potentiel créatif et sa participation à la Kulturarbeit, au « travail de Culture ».

Site du colloque : http://colloquegroupe.sciencesconf.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *