Colloque : « Enfance, Adolescence, Famille et Vulnérabilités

Colloque international des 14-15 octobre 2016 à l’Université de Caen Normandie

ENFANCE, ADOLESCENCE, FAMILLE ET VULNÉRABILITÉS : enjeux psychopathologiques, perspectives thérapeutiques, éducatives et sociales

L’objectif de ce colloque est de mieux appréhender les problématiques des enfants et des adolescents vulnérables, étroitement liées à celles de leurs familles. Ces dernières sont souvent fragilisées par de multiples précarités lorsque nous les rencontrons en Protection de l’Enfance ou en service de pédopsychiatrie.
Les vulnérabilités de ces enfants et adolescents signent non seulement des problèmes d’attachement, de dépendance, mais peuvent aussi être le reflet d’un héritage traumatique, générant une souffrance des liens et des modes d’alliance pathogènes à leur environnement. Les vulnérabilités, quelles que soient leur étiologie ou leur nature, se traduisent cliniquement par divers troubles psychiques, relationnels, somatiques observés pendant l’enfance, et des conduites à risque (ou agirs) à l’adolescence.
Ces facteurs, leur imbrication et leur complexité, seront abordés sous différents angles, et par divers intervenants, favorisant les regards croisés. Le repérage des signes de souffrance et l’élaboration de dispositifs de prise en charge, dans une visée préventive, constitueront les enjeux principaux de ce colloque. Pour penser les dispositifs éducatifs, thérapeutiques et sociaux, un dernier point, incontournable, concernera la dimension institutionnelle. Considérer le contexte d’intervention, permettra de discuter à la fois des mutations, de la violence et de l’insécurité dans les institutions, et ainsi, de soutenir les pratiques éducatives et de soins alternatives.
Les travaux sur les processus psychiques tels que la symbolisation et la mentalisation, ainsi que ceux portant sur les dispositifs singuliers de prise en charge dans les institutions constitueront la toile de fond de nos discussions. Pour débattre de ces thématiques, nous souhaitons fédérer et réunir des chercheurs provenant de divers horizons (québécois, français, brésiliens, algériens, turcs) et connus pour leurs recherches sur ces sujets.

https://cerrev2016.sciencesconf.org/

Parution : Violence et institutions

  • Didier Drieu & Jean-Pierre Pinel (dir.).

 Dans un contexte de crises se condensant dans les institutions, cet ouvrage pense l’évolution de la violence au regard des transformations des organisateurs institutionnels. Plusieurs années après un ouvrage fondant une approche analytique des sources des dysfonctionnements institutionnels (L’institution et les institutions, études psychanalytiques), les auteurs contribuent à une réélaboration des enjeux et « espaces » de souffrance institutionnelle en prenant en compte les changements paradigmatiques se déroulant au niveau des méta-cadres organisationnels.

9782100724437-001-T

Sommaire :
R. Kaes, Préface. D. Drieu et J.-P. Pinel, Introduction. D. Drieu, Les mutations dans les institutions, des sources du mal être. J.-P. Pinel, Agirs violents, pathologies des limites et attaques hypermodernes des cadres institués. S. Blondeau, Clinique et violence : l’effondrement d’un organisateur méta-institutionnel ? P. Roman, Figures paradoxales de l’institution : accueil et transformation de la violence dans les institutions. A.-L., Diet Violence procédurale et désubjectivation. J.-P. Vidal, “Ces scènes qui se passent de mots”. E. Diet, L’analyse de pratique en contexte anomique : tenir bon, interpréter, contenir. G. Gaillard, L’institution et la liaison de la violence, un travail de Sisyphe.

Collection: Inconscient et Culture, Dunod

Février 2016 – 248 pages – 155×240 mm – EAN13 : 9782100724437
Dunod.

Malaises identitaires et dé-institutionnalisation : rencontre avec René Kaës

Colloque international, Psychanalyse et sciences humaines.

« Le « malaise identitaire » que l’actualité met parfois en relief dans les différents secteurs de la société est intimement lié à des processus de mutation institutionnels et sociétaux. Telle est l’hypothèse que nous discuterons avec René Kaës. Figure centrale de la psychanalyse groupale, ses travaux dépassent la conception individuelle de l’inconscient pour aborder la question du lien entre les individus – au sein des groupes, familles ou institutions – et du « malêtre » dans la culture.Les pratiques de soin et leurs dispositifs, les repères identitaires, la place de l’individu dans la société, la psychopathologie et le travail des équipes seront ainsi mis en débat selon une approche qui associera professionnels et recherche. »
R. KAËS avec P. DELION (Lille), PH CASTEL (CNRS, Paris),  K. NAVRIDIS (Athènes), A. NICOLO (Rome), A. BAZAN (ULB, Bruxelles), M.-P. DURIEUX (Bruxelles), K. TAROUQUELLA  (Brésil), P. ROMAN (UNIL, Suisse), B. RAVON (Lyon 2), JP PINEL (Paris 13), G. GAILLARD (Lyon 2), P. ROBERT (Paris 5), D. DRIEU (Caen), E. LECOURT (Paris), S. NEZELOF, V. VINET, L. UCCIANI, A. GONZALES, P. CUYNET, A. SANAHUJA, M. BONNET, A. LAURENT, R.-A. BELOT, H. MAÏDI, A. MARIAGE, M. BOUTANQUOI, D. MELLIER

Besançon les 14, 15 et 16 janvier 2016
Affiche, Programme  et inscription sur le site : http://malaises-identitaires.univ-fcomte.fr/
Le colloque se déroulera du jeudi à 17h au samedi 17h (avec un « pré-colloque sur la recherche » le jeudi de 14h à 17h, proposition de communications)
Organisation : MSHE, Laboratoire de Psychologie EA 3188, École Doctorale LETS de l’Université de Franche-Comté
Contacts : Mertz Marie tel. 03 81 66 51 51colloquemalaise@mshe.univ-fcomte.fr
Tarif : 20€ étudiants,  70€ / personnel (90€ après le 15 déc.)/ 170€ Form. continue

Journée d’étude : « Bouche, que veux-tu ? Oralité en famille »

Journée d’étude du 10 octobre 2015
laboratoire CRPMS (EA 3522), Université Paris Diderot

Avec un titre tiré de l’œuvre de George Brassens, cette journée d’étude est centrée sur l’approche clinique et psychopathologique de l’oralité chez l’enfant,  l’adolescent, l’adulte  dans son ontologique dépendance aux liens familiaux à tous les stades du cycle de la vie de ce groupe. Si l’adulte assurant les soins est le premier partenaire de ces échanges, par la suite d’autres personnes, d’autres groupes interviendront : les pairs, les frères et sœurs… La bouche sera considérée comme paradigmatique  des processus de construction de soi ontologiquement liée à la construction de l’autre et des liens dyadiques, triadiques… puis groupaux.  La bouche est aussi la voix, les lèvres, les dents, la langue… muscle, langage et parole. Siège de  mouvement d’introjection et d’expulsion, l’oralité dans le tricotage complexe des liens est au cœur  de la genèse de la pensée et façonne le sujet et ses liens.

La bouche prend,  donne,  embrasse, mordille, mord et déchiquette, chuchote,   crie et aussi hurle… Lieu de contact,  de rencontre, de passage, elle initie des transformations tant physiques que psychiques. Le groupe familial, lieu des premières constructions psychiques, est particulièrement concerné par tout ce qui touche à l’oralité. Autour des repas de famille, une histoire se dessine : celle des liens qui évoluent, des compositions/recompositions familiales, des âges qui défilent, des traditions culinaires qui se perpétuent ou qui changent radicalement.

À l’occasion de la sortie d’un numéro de la revue Dialogue sur la question, la rédaction a fait le  choix  de discuter, lors d’une journée d’étude, de certaines pathologies permettant de mettre à jour des processus masqués dans d’autres situations et également de réfléchir aux fonctions de l’oralité dans des scènes « ordinaires » en famille ou en dehors de la famille. Toutes ces situations seront l’occasion d’échanges, de débats entre des professionnels praticiens, des universitaires et des doctorants.

colloque : « Les groupes, entre aliénation et transformation, Groupes à médiations, Familles, Institutions »

Organisé par Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC) de l’Université Lumière Lyon II, ce colloque se tiendra à Lyon les 8-9 et 10 octobre 2015.

Dans le contexte des mutations actuelles et de la crise à laquelle elle donne lieu, les liens sociaux sont mis à mal ; les individus, les familles, les communautés sont déstabilisées dans leurs cohérences et leurs assises, compromettant les équilibres indispensables au processus d’humanisation et au « vivre ensemble ». Le groupe constitue cet échelon intermédiaire entre les sujets et le socius, ce point articulaire où se développent les régulations indispensables à la (re)construction des liens, et la résistance à la « barbarie ».

Le groupe est aussi un lieu où s’expérimentent de nouvelles cliniques, où se créent de nouvelles pratiques, là où les cliniciens rencontrent des « résistantes » dans des approches « traditionnelles ». Il est, dans le même temps, un creuset de recherche où s’invente une métapsychologie spécifique.

En prenant la mesure des effets des mutations actuelles sur les liens sociaux, sur les sujets et sur les communautés, ce 1e colloque international inter-universitaire propose de rassembler des chercheurs et des praticiens qui de longue date, en Europe et en Amérique Latine, notamment, travaillent à penser le groupe et son potentiel de transformation. Il vise à mettre à jour l’actualité de la recherche et les pratiques innovantes qui contribuent tout à la fois à donner de la lisibilité au malaise actuel et à proposer des issues face à ce « malêtre ».

Le groupe sera considéré selon trois dimensions essentielles :

  • en tant que lieu de soin : il s’agira d’explorer la variété des dispositifs de soin où l’approche du groupe constitue le ressort du potentiel soignant (groupe famille, groupes multi-familiaux, groupes de professionnels, groupes de pairs, groupe auprès d’enfants psychotiques, groupes en milieu carcéral, etc.) Ces dispositifs ne cessent de s’inventer et de se développer
  • en tant que lieu de recherche : la contribution des chercheurs qui ont pensé la constitution de la psyché à partir du groupe est considérable. Elle a donné lieu à des avancées significatives au niveau de la métapsychologie, soit à la compréhension du nouage des dimensions intra, inter et trans – subjectives (la psyché, sa composante groupale et sociale).
  • en tant qu’espace de créativité et creuset du travail de Culture : Le groupe apparaît comme cet espace intermédiaire où se construit le « vivre ensemble », dans ses dimensions de résistance et de force de proposition. Dans la crise actuelle il importe de repérer son potentiel créatif et sa participation à la Kulturarbeit, au « travail de Culture ».

Site du colloque : http://colloquegroupe.sciencesconf.org

III Coloquio franco-rioplatense ; adolescencias

Los invitamos a pensar juntos las adolescencias a través de relatos de caso presentados por psicoanalistas y profesionales de otras disciplinas; proponiéndonos acercarnos al tema a partir de distintas prácticas.

Deseamos compartir en el ámbito de talleres la tensión interpelante que implica ir al encuentro de las adolescencias en la actualidad. Pensar cómo se transita la adolescencia; qué textos reconocemos, recibimos y, coescribimos en cada uno de los diferentes ámbitos de trabajo. Buscando poner a disposición nuestras teorías y nuestros instrumentos técnicos tratando de entender al joven que habita en un mundo globalizado, identificado con la comunicación virtual y la mediación electrónica. Esto supone estar muy atento y próximo a los nuevos contextos en donde las adolescencias en su vanguardia sostienen una zona de opacidad ante el adulto.

Queremos también recordar la historia de estos intercambios entre profesionales convocados por este apasionante tema de la Adolescencia. Nos gustaría recordar a nuestros maestros y a aquel 1° Coloquio del 2004 en Montevideo. Momento inaugural de futuros encuentros entre argentinos, uruguayos y franceses interesados en pensar y discutir juntos sobre estos temas. Recordamos como gestores de aquel encuentro a Marilú Pelento, Maren Viñar, Irene Maggi, Francois Marty, Julia Ojeda, Mireya Frioni y Laura Viola. En este sentido proponemos también realizar en el marco de este 3er Coloquio, un homenaje a Marilú Pelento.

Estamos honrados por la visita de destacados colegas e Insituciones tanto locales como extranjeras que ya han confirmado su participación en el Coloquio. Los invitamos a que recorran este sitio donde encontrarán el programa científico y publicaciones anteriores de los futuros expositores. Esperando encontrarlos en una fructífera actividad, estamos disponibles para toda comunicación.

Laboratorio de adolescencia de la asociacion psichoanalitica del Uruguay ;
UCES Apba, Especializacion en psicoanalisis con adolescentes (Argentina) ;
CILA Collège international de l’adolescence (Francia)
28-29 agosto 2015, Montevideo.
Url : http://www.3coloquiofrancorioplatense.org/

Formation : « Trauma et problématiques de mentalisation chez les adolescents en Protection de l’Enfance »

Organisation : Collège International de l’Adolescence (CILA) en partenariat avec Passado14 et l’Association PRISME.

Objectifs :
— Se familiariser avec les enjeux traumatiques et les problématiques de mentalisation chez les adolescents dans le contexte des soins en pédopsychiatrie et dans les Services de Protection de l’Enfance.
— Apprendre à mieux évaluer et accompagner les situations.
Le nombre grandissant d’enfants ou d’adolescents consultant en pédopsychiatrie ou nécessitant l’intervention des Services de la Protection de l’Enfance incite cliniciens et chercheurs à se pencher sur les facteurs communs sous-jacents au développement de difficultés d’adaptation et de troubles.
Des déficits au plan de la capacité de mentalisation (capacité à percevoir et à interpréter son propre comportement et celui d’autrui en fonction d’états mentaux) généreraient chez ces jeunes des difficultés au plan relationnel et de la régulation des affects.
Ces troubles donnent ainsi lieu à un fonctionnement psychique et interpersonnel axé sur l’agir plutôt que sur la pensée, la parole et la symbolisation. Il s’agit de comprendre d’abord les effets des traumas psychologiques et relationnels sur le développement de la capacité de mentalisation.
En partenariat avec des collègues québécois (Université de Sherbrooke), cette formation a pour objectifs d’appréhender l’évaluation clinique de la capacité de mentalisation et des déficits sous-jacents afin de penser des modes d’interventions adaptés aux capacités réflexives des adolescents et des parents pris en charge par les équipes en pédopsychiatrie et les Services de la Protection de l’Enfance.

Intervenants : Didier Drieu (MCU en psychologie clinique et pathologie, UCBN) ; Ghislaine Vilquin (psychologue Placement familial SAFE, Caen) ; Miguel M. Terradas et Julie Achim (psychologues cliniciens, professeurs, Département de psychologie, Université de Sherbrooke, Québec, Canada).

Lieu de formation : Caen ; 24, 25, 26 juin 2015. Durée : 21 heures (3 jours).

Public concerné : Psychologues, médecins, personnels soignants, éducateurs des services de pédopsychiatrie et de la protection de l’enfance.

Renseignements pédagogiques : (auprès du coordonnateur de la formation) D. Drieu,  didier.drieu@unicaen.fr

Parution : « L’avenir de la psychothérapie institutionnelle »

« L’avenir de la psychothérapie institutionnelle ». Vie Sociale et Traitement (V.S.T.), n°125, avril 2015. Dossier coordonné par Jean-Pierre Martin et Daniel Terral.

Après le décès de Jean Oury, la psychothérapie institutionnelle a-t-elle un avenir ? C’est l’occasion de revenir sur les origines de cette pratique révolutionnaire, de s’interroger sur son fonctionnement, et d’analyser l’histoire et les articulations de son proche cousinage avec la pédagogie institutionnelle. C’est l’occasion de visiter le travail qui se fait aujourd’hui, appuyé sur l’institution et le collectif, en psychiatrie hospitalière et dans la cite, dans les lieux de placement et d’accueil de la protection de l’enfance, de l’urgence sociale et des handicaps, ainsi que dans les centres de formation. La psychothérapie institutionnelle a un avenir : il nous appartient.

Voir le sommaire et commander le numéro N°125.

Adolescência e Violência: intervenções entre o educativo e o psicológico

Faculdade de Educação da Universidade de São Paulo (FE USP) [URL]

Didier Drieu é Professor de Psicologia Clínica e Patologia da Universidade de Caen. Clinicou em psiquiatria durante 10 anos e na Maison des adolescentsde Caen durante mais 7 anos. Trabalha atualmente como psicoterapeuta de orientação analítica, especificamente para grupos.
É colaborador da revista Dialogue e membro da ICCA (International College of Adolescence) e SIUERPP (Séminaire Inter-Universitaire Européen de Recherche en Psychopathologie et Psychanalyse).
Investiga o comportamento de risco na adolescência, a filiação familiar traumática e a detenção de adolescentes.

Parution : «Familles et soins institutionnels ».

«Familles et soins institutionnels ». Revue Dialogue : Familles & couples. Numéro 206. Janvier 2015. Coordination : Didier DRIEU – Jean-Philippe RAYNAUD.

Longtemps, les soins aux enfants et adolescents dans les institutions ont peu pris en compte l’interdépendance des positions dans la famille. Au contraire, aujourd’hui, l’ouverture du champ thérapeutique à la famille est constante, et ce dès les premières consultations et dans des pratiques innovantes comme les dispositifs de soutien à la parentalité, les groupes parents/enfants… Ainsi avons-nous voulu interroger ces dispositifs et, plus globalement, ces pratiques vers les familles dans un moment où se jouent de grandes mutations dans les collectifs institutionnels.

Édition Érès. ISBN : 9782749241890. Éditeur

Réseau International Inter-universitaire sur les Cliniques Institutionnelles

Présentation par Jean-Pierre Pinel

Historique

Le Réseau International Inter-universitaire  sur les Cliniques Institutionnelles (Acronyme RIICI) a été créé en 2012 par Jean-Pierre PINEL, PU Université Paris 13 SPC, avec Georges GAILLARD, MCF HDR, Université Lyon 2 ; Guy GIMENEZ, PU Université de Provence Aix-Marseille ; Denis MELLIER, PU Université de Franche-Comté ; Pascal ROMAN, PU Université de Lausanne, rejoints par Didier DRIEU MCF HDR, Université de Caen ; Jean-Bertrand CHAPELIER (MCF HDR) Université de Poitiers ; Philippe ROBERT MCF HDR ; François MARTY, PU Université de Paris Descartes ; Astrid HIRSCHELMANN MCF HDR, Loick VILLERBU, PU émérite,  Université de Rennes II ; Régine Scelles PU Université de Paris X Nanterre.

Spécificités scientifiques

Il s’est donné pour finalités :

  • de construire un espace de réflexion théorique et clinique centré sur les problématiques institutionnelles ;
  • de développer les recherches situées dans le champ de l’approche clinique des institutions en y associant les autres disciplines complémentaires en sciences humaine afin d’en transmettre et d’en renouveler les fondements et les méthodes ;
  • de  favoriser les liens entre les différents enseignants-chercheurs et les étudiants de Doctorat et de Master engagés dans la compréhension des dynamiques institutionnelles ;
  • d’associer les responsables et les représentants des institutions soignantes, psychiatriques, médico-sociales, sociales, éducatives et formatives à ce réseau ;

Recherches interdisciplinaires

Ce réseau a pour ambition de favoriser la coopération entre les approches cliniques d’orientation psychanalytique des institutions et les différentes disciplines des sciences humaines ayant l’institution pour objet et notamment : la psychiatrie, le droit, les sciences littéraires, les sciences de l’éducation, l’anthropologie, la sociologie, la philosophie, l’économie.

Fonctionnement

Ce réseau vise à impulser des rencontres et une mise en liens pérenne de responsables et de professionnels du terrain, d’étudiants de Masters et de Doctorat et de leurs directeurs de recherche et d’enseignants-chercheurs engageant des réflexions et des recherches dans le champ des cliniques institutionnelles.

Le RIICI organisera un séminaire annuel chaque fois dans une université différente et réunira différentes personnalités qui travaillent dans le champ des cliniques institutionnelles, avec des ateliers « thésards » pour les doctorants.

Un colloque international sera organisé tous les deux ans dans une université différente et donnera lieu à une publication collective réunissant des travaux de personnalités reconnues et de doctorants.

Un prix de thèse sera remis lors de chacun de ces colloques

Partenariat

Des universitaires et des professionnels, français et étrangers, engagés dans des activités de recherche et des pratiques cliniques pourront être membres du réseau, sur demande motivée, assorti d’un CV, adressée aux Carnet de RIICI.

Production éditoriale

L’écriture d’ouvrages ou d’articles en co-signatures atteste d’un véritable travail de réseau. Nous  invitons les membres du RIICI à s’engager dans ce travail. Certains articles témoignent déjà de cet engagement.

Composition du réseau

Le réseau comprend :

  • des membres d’honneur : Paul Fustier, René Kaës, Alain-Noël Henri, Jean-Claude Rouchy, André Sirota ;
  • ainsi que les membres suivants : Julie Achim, Diane Aubin, Serge Blondeau, Jean-Yves Chagnon, Jean-Bernard Chapelier, Emmanuel Diet, Didier Drieu, Georges Gaillard, Guy Gimenez, Astrid Hirschelmann, François Marty, Denis Mellier, Jean-Pierre Pinel, Philippe Robert, Didier Robin, Pascal Roman, Régine Scelles, Loick Villerbu, Miguel Terradas.

Bilan du colloque international Les fondamentaux de la clinique institutionnelles : D’hier à demain.

bandeau

Les 11 et 12 avril 2014, à l’Université de Caen, ont été l’occasion d’échanges fructueuses en présence de Claude Avram, Pierre Delion, Paul Fustier, René Kaës, Pascal Roman, …

Argument :

Fruit de l’histoire d’un mouvement institutionnel, les pratiques cliniques en institution sont actuellement l’enjeu de mutations profondes. Ces changements radicaux organisés par une logique gestionnaire (le management, l’évaluation, l’instantané, l’objectivable,…), nous confrontent à un déni de l’histoire et des processus de transmission, en scotomisant souvent l’épistémologie complexe du travail clinique des collectifs.
Par voie de conséquence, nous risquons de perdre de vue les dimensions historiques et subjectives des sujets accueillis et des dispositifs de soins provoquant en résonance de nouvelles formes d’exclusion et de violence.

Les interventions furent structurés en quatre grands questionnements :

  • Les fondements de la clinique institutionnelle.
  • Les dispositifs et les variantes cliniques.
  • La souffrance des collectifs face aux nouvelles sources du mal être contemporain.
  • Les enjeux de la clinique institutionnelle entre aujourd’hui et demain.

intervenants du Riici

Lire la suite

Parution de 46 commentaires de textes en clinique institutionnelle

Présentation : Cet ouvrage présente et commente 46 textes fondamentaux émanant des grands noms de la psychanalyse (Anzieu, Freud, Fustier, Kaës, Jeammet, Misès, Racamier, Roussillon, etc.) qui ont apporté un éclairage majeur sur la clinique institutionnelle.

La clinique institutionnelle désigne l’ensemble des dispositifs de soins dispensés en établissement. Cet ouvrage présente et commente 40 textes fondamentaux émanant des grands noms de la psychanalyse (Anzieu, Freud, Fustier, Kaës, Jeammet, Misès, Racamier, Roussillon, etc.) qui ont apporté un éclairage majeur sur la clinique institutionnelle.
Il a l’ambition de rendre compte de l’évolution de cette dernière, à un moment charnière problématique par rapport à la question des pratiques de soins et d’accompagnement dans les institutions. Il devrait permettre au lecteur, qu’il soit étudiant ou praticien confirmé (soignants, éducateurs) de se repérer et de s’orienter dans une histoire de courants très divers.

Couverture.

Couverture.

Sous la direction de : Didier Drieu.
Avec la collaboration de : Julie ACHIM, Diane AUBIN, Marie-Frédérique BACQUÉ, Guillemette BALSAN, Alix BERNARD, Dominique BEYNIER, Serge BLONDEAU, Laurent BOCÉNO, Catherine CALECA, Jean-Yves CHAGNON, Maurice CORCOS, Pascal CRÉTÉ, Leandro DE LAJONQUIÈRE, Claude DEUTSCH, Emmanuel DIET, Frank DROGOUL, Bernard DURAND, Georges GAILLARD, Guy GIMENEZ, François GIRAUD, Anne GOLSE, Zohra GUERRAOUI, Franck HARDOUIN, Florian HOUSSIER, Didier HOUZEL, Pierrette LAURENT, Nolwenn LE PUIL, Alain LEBEL, Pascal LE MALEFAN, François MARTY, Philippe MAZEREAU, Denis MELLIER, Cheikh NIANG, Elisabeth OURY, Jérôme ORANGE, Haydée POPPER, Nadine PROIA-LELOUEY, Jean-Philippe RAYNAUD, Philippe ROBERT, Didier ROBIN, Catherine SELLENET, Jean-Marc TALPIN, Miguel M. TERRADAS, Loick M. VILLERBU, Michel WAWRZYNIAK.

Editeur : Dunod  (Collection: Psycho Sup), Septembre 2013 – 400 pages – 172×240 mm.